Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

27/12/2011

Vent d'Est : Une brise venue du coeur

vent d'est, aide humanitaire, moldavie, Europe de l'est« Vent d’Est est une association humanitaire française menant de nombreuses actions solidaires en faveur de la population défavorisée notamment les enfants en République de Moldavie ».

La République de Moldavie

Appelée également Moldova, ce petit état est situé entre l’Ukraine (Auvent d'est, aide humanitaire, moldavie, Europe de l'est nord, à l’est et du sud) et la Roumanie sur sa partie occidentale. Indépendante depuis le 27 août 1991, cette ex-république soviétique s’étend sur 34000 km². Sa population estimée à 4 315 000 est composée de roumanophones, russophones, ukrainophones (ruthènes), turcophones chrétiens, bulgares, juifs, rom’s..). Sa position géographique, cette diversité multiéthnique et multiculturelle sont bien la particularité de cet  état. Il dégage pour chacun d’entre nous, Occidentaux, un aspect plus ou moins exotique mais souvent terni par un portrait plutôt sombre et inhospitalier que la communauté internationale lui attribue. Pourtant, la République de Moldavie est certes une enclave en Europe de l’est, mais c’est un territoire qui fut et qui restera un carrefour important de  cultures, un des berceaux  des langues  indo-européennes, et qui pourrait s’avérer être pour tout amateur de  nature,  d’authenticité et de convivialité, un havre de paix où l’on  peut se  ressourcer, l’hospitalité des Moldaves étant de même inégalable.

Vent d’Est et les débuts du projet

Tout commence au début des années  90. Après la chute de l’URSS,  Thierry Ernst, président de l’actuelle association Vent d’Est  parcourt les Balkans, la Roumanie et les  ex-républiques soviétiques en Europe de l’Est, voyages au cours desquels il fera le malheureux constat de la situation sanitaire et humanitaire catastrophique de ces états, notamment lors de visites dans des orphelinats sordides en Roumanie.

Au cours de cette même période, il interviendra également auprès  des  victimes de la guerre en Bosnie et en Croatie en organisant de nombreux convois humanitaires.

En 1992, Thierry décide de créer l’Association « Pain-Parole » et dés 1993, il organise un premier voyage humanitaire en Moldavie. Sa détermination est telle qu’il partira de Lyon à vélo pour rejoindre  cette petite République afin de  soutenir  son projet. D’ailleurs, il écrira un livre  « Ma traversée de l’Est » (Editions Bélier).

En 1997, Tatiana, Moldave, qui deviendra la future épouse de Thierry, rejoint l’association « Pain-Parole » et grâce à ses origines assistera efficacement  Thierry permettant ainsi de conduire au mieux divers  projets humanitaires.

En 2002, le jeune couple, alors établi à Lyon, décide  de  créer l’association « Vent d’Est ». Le but de cette initiative sera d’intervenir auprès d’enfants défavorisés, notamment à Chisinau. Ensuite, Vent d’Est poursuit son action en organisant dans un premier temps des voyages de groupes en République de Moldavie permettant ainsi aux visiteurs de découvrir ce petit Etat et ses besoins en matière humanitaire.

En 2010, Thierry et Tatiana quittent Lyon et vont s’établir en Moldavie. A distance, le travail considérable généré par Vent d’Est est difficilement gérable. Le concept de l’association est avant tout un développement durable de ses projets impliquant ainsi une présence constante sur le terrain.

C’est à Horodiste, petite ville de 850 habitants située au nord-est de la Moldavie que Vent d’Est (Carte) pose ses « bases. Les projets de l’association se déclinent actuellement sous 4 aspects :

1 –  ECO-PENSION

vent d'est,aide humanitaire,moldavie,europe de l'estVent d’Est, grâce à  des subventions, divers dons, cotisations, et repas organisés… a pu faire l’acquisition de l’ancienne école  du village, un bâtiment de 600 m² qui sera également destiné à développer un autre projet  économique : Une  fabrique de  sirops. Il faut également préciser que « l’accès à la propriété » (l’achat de  biens immobiliers..) est extrêmement compliqué dans toutes les Républiques post-soviétiques. Acquérir un terrain ou un bâtiment pour un « investisseur » occidental relève  du parcours du combattant compte tenu de la législation en la matière et des lourdeurs administratives. (Seules des relations sur place peuvent faciliter la démarche).

 

 Objectifs :vent d'est,aide humanitaire,moldavie,europe de l'est

> Encourager le développement durable
> Développer l’activité touristique du territoire
> Fournir des emplois aux populations locales
> Développer l’économie locale

Le concept est basé sur les principes de l’entreprenariat social et le tourisme éco-responsable  et se ventile en 3 volets :

• Construction de  l’éco-et aspect écologique :pension  Rénovation et transformation de l’ancienne école en pension destinée à recevoir des touristes solidaires à un prix modique. Tous les équipements seront écologiques : chauffage à bois ou solaire, toilettes sèches..
 Développement économique  territorial : Afin de soutenir les petits agriculteurs de la région et de  créer des emplois, les produits alimentaires proposés dans l’eco-pension seront locaux mais aussi transformés sur place  par la production de sirops, de conserves…sachant que la Moldavie autrefois  surnommée « Le verger de l’URSS » dispose de milliers hectares d’arbres fruitiers.
• Centre  de vacances pour les  enfants défavorisés et malades : Le « fruit » du travail du 2ème  volet permettra ainsi d’accueillir des enfants défavorisés et malades et de proposer une zone  de  loisirs avec divers  équipements.

2- LA FABRIQUE DE SIROPS

L’éthique de  Vent d’Est est claire : « Il faut donner du travail et non pas  de l’argent afin de ne pasvent d'est, aide humanitaire, moldavie, Europe de l'est rendre  les gens dépendants ».

Ainsi, l’association vient de lancer le projet de fabrication de  sirops avec les fruits de la région d’une part afin de créer des emplois et ainsi de stopper l’hémorragie dont souffre ce pays, les Moldaves, faute de travail, fuient la misère  dans le but d’essayer de  gagner  leur vie à l’étranger et souvent dans des conditions difficiles.
Actuellement, les agriculteurs moldaves vendent leurs produits à des prix dérisoires à l’Ukraine, voisine immédiate et de  longues dates partenaire commerciale. Le commerce  avec  la Roumanie  est très restreint compte tenu des  lourds contingents et normes imposés par l’Union Européenne. Cette situation  finit d’isoler cette petite République qui malgré la qualité de  ses produits ne parvient pas encore à se  soumettre aux conditions drastiques relatives à l’exportation de produits agroalimentaires en Europe et notamment au sein de l’Union. Ainsi, la Moldavie (grande productrice de vins) reste très dépendante des sauts d’humeur de ses  partenaires de « toujours », soit l’Ukraine et la Russie. D’ailleurs, au cours des années 2000, lors d’un différend  entre la République de Moldavie et la Russie, cette dernière  avait boycotté les  importations  de  vins moldaves, premiers produits agroalimentaires exportés en Russie. Cette situation s’était avérée catastrophique  pour l’économie du pays.

 

3- AIDE HUMANITAIRE D’URGENCE

vent d'est, aide humanitaire, moldavie, Europe de l'estEn mai 2011, en collaboration avec l’association Moldavenir, (située à Meaux 77), association également très dynamique et très active en République de  Moldavie, 12 tonnes de jouets, livres, vêtements ont pu être convoyés afin de répondre aux besoins vitaux des familles. Par exemple, quand l’hiver  arrive, les parents ne peuvent pas  toujours envoyer leurs enfants à l’école, faute de vêtements chauds. Ils restent donc à la maison car si l’enfant tombe malade, des difficultés en matière de soins viendront se greffer aux autres..etc

 Cependant, pour  Thierry Ernst, directeur de Vent d’Est : « Oui, il s’agit bien d’une  aide  d’urgence. L’aide humanitaire est une façon d’aider  les habitants mais  de façon occasionnelle et en aucun cas ne doit durer dans le temps afin que ça ne devienne pas une habitude. D’ailleurs, tous les dons des particuliers et autres que  nous avons convoyés, ne sont pas gratuits. Nous exigeons  une somme symbolique à l’acquisition de vêtements…Ca  fait des années que la plupart des ONG « parachutent » des tonnes de vêtements et c’est devenu une habitude. Cette petite contribution aussi dérisoire  soit-elle permet également de responsabiliser tout un chacun et de partir sur des bases telles que la dignité, la confiance et le respect ».

 

4- ANIMATIONS – LES VOLONTAIRES

 Les enfants à Horodiste  en général ne partent pas en vacances. Souvent, ils participent à diversvent d'est, aide humanitaire, moldavie, Europe de l'est travaux  dans les champs ou chez eux et ensuite, ils jouent dans les rues. Depuis le lancement du projet en 2010, l’association Vent d’Est a vu arriver des groupes de  scouts, de jeunes étudiants, venus de tout horizon pour d’une part découvrir la Moldavie et surtout apporter joie et animation aux enfants  défavorisés de cette petite ville.  Pour des raisons  de budget, ces jeunes, après avoir pris l’avion jusqu’à Bucarest, rejoignent la Moldavie en train. C’est là que l’aventure, la vraie commence. Ils n’ont jamais  connu la « guerre froide » et arrivés à la frontière roumano-moldave, ils devront attendre environ 4 heures pour que le train reparte. En effet, ils arrivent en ex-zone 100% soviétique et les essieux du train roumain ne correspondent pas aux essieux moldaves. Ainsi, pour progresser, les « cheminots » s’affairent quotidiennement à remettre le train Bucarest/Chisinau sur les rails…
Arrivés en gare de Chisinau, Vent d’Est affrète des bus qui les  conduiront à Horodiste. Toute cette logistique et ce dépaysement provoquent  un fort enthousiasme chez  ces  jeunes volontaires et surtout beaucoup de joie et d’émotions  au sein de la population. Un peu timides au départ, les jeunes moldaves ont vite fait de  sympathiser avec les  volontaires. Et l’apprentissage de la langue de Molière se fait tout naturellement.

 

5 – ACTIONS - REACTIONS

vent d'est, aide humanitaire, moldavie, Europe de l'estLes enfants n’ayant pas beaucoup accès à la culture, Thierry et Tiatana, organisent des repas au « Café de Paris ». Le Café de Paris à Chisinau est tenu par le jeune couple. Même si l’humanitaire est leur passion, cette activité ne  permet pas d’en vivre. D’ailleurs, ils étaient gérants de l’Apollinaire Café à Vaise, dans  le 9ème arrondissement de Lyon. A Chisinau, le  Café de Paris est le restaurant français par référence. Oui, mais, au Café de Paris, c’est Vent d’Est qui souffle, ce souffle chaleureux et généreux….Par la recette obtenue lors de divers  repas destinés à soutenir leurs actions ainsi par l’attitude solidaire de l’Alliance Française, les Fromages Président et Mobias Banque (Société Générale) apportant une aide financière lors de  ces évènements, ils sont en mesure de proposer et financer des soirées culturelles telles que théatre à cette population rurale en Moldavie pratiquement privée de  culture…

 

6- LES  ENCOURS

Actuellement, le projet du SVE (Service des Volontaires Européens) est en cours et doit être validé définitivement au premier trimestre 2012. Déjà, un jeune SVE devrait intervenir dés le mois  d’avril.. D’ailleurs, Elmira, petit bout de femme, Gagaouze (minorité turque chrétienne au Sud de la Moldavie), parfaitement francophone suite à de brillantes études universitaires en France, s’affaire avec Bruxelles afin d’obtenir des subventions et enfin approbations et pour l’instant, les « courants  ouest/est » se sont orientés en faveur des initiatives conduites par Vent d’Est à Horodiste. Elmira, à l’issue de ses études, a décidé de rentrer en Moldavie contrairement à de nombreux jeunes étudiants moldaves qui ne voient aucun avenir dans  leur pays. Elmira souhaite participer au développement de son pays qui est la République de Moldavie. Elle intervient également auprès de l’association Moldavenir dans le montage de dossiers complexes et se bât ardemment pour ce petit état multiethnique où tout est à faire. Elle  y croit et sûrement qu’elle ne se  trompe pas car la Moldavie outre  ses  problèmes politiques et économiques…est un exemple  unique en Europe où chaque groupe ethnique a sa place et son rôle, où d’une langue déclarée nationale, soit le Moldave (Roumain), il est possible de passer au russe, à l’ukrainien, au gagaouze, au bulgare, mais aussi au français sans froisser personne et en étant toujours compris et intégré dans la société.

 

Et le Parrainage….

Le système éducatif en République de Moldavie n’ouvre ses portes qu’aux citoyens ayant les  moyens d’entreprendre des études  ou une formation. Aller à l’école implique pratiquement faire partie d’une certaine élite. Même en primaire, tout est payant .
Ce qui  peut paraître anecdotique mais réel, c’est que pour acquérir une  éducation scolaire, ces familles démunies doivent encore participer aux frais d’infrastructures et de fonctionnement. Ce qui est souvent impossible quant à leurs petits revenus. Sergueï par exemple veut étudier la mécanique et on lui a demandé d’acheter un moteur diesel et un essence. Et pour chacun de ses moteurs, il devra prévoir le  carburant pour les faire  fonctionner. Sans compter, les frais de transport pour se rendre au centre de formation (encore du carburant) et frais de scolarité, vêtements, nourriture car les centres  se trouvent en ville et non pas en milieu rural.

 

A Horodiste, Vent d’Est,  cette brise douce et chaleureuse qui souffle à présent  à travers vergers et champs, n’en finit pas d’enthousiasmer  les habitants. Motivés par ce dynamisme certes altruiste mais surtout éducatif, constructif, sain et réconfortant, la population a désormais le vent en poupe et compte encore dans l’avenir proche  qu’on lui insuffle soutien et encouragements. Il faut rajouter aussi que les Moldaves, pour la plupart bilingue roumain/russes sont depuis longtemps des francophiles et la langue française reste encore la plus enseignée et surtout la plus pratiquée des  « langues étrangères », même si l’anglais est également de plus en plus étudié quant à son rôle sur le plan international.

 En septembre 2010, Vent d’Est, une fois sur place, était loin de s’imaginer que son « entreprise » allait aviver autant de passion de la part de ces nombreux jeunes volontaires. A l’issue de leur séjour, ces jeunes sont convaincus  de l’impact positif de leur participation. La plupart rentre ravis et sont prêts à y retourner. L’hospitalité des Moldaves et le cadre exceptionnel qu’offre la Moldavie y sont pour beaucoup. Les « choses » se font tellement naturellement dans ce petit état.

Vent d’Est a besoin de volontaires, notamment pour la rénovation de l’ancienne  école (bâtiment de 600 m² qui deviendra Eco-pension  et fabrique  de sirops) mais aussi de dons de matériel médical, dons financiers, notamment pour les enfants cancéreux de  Chisinau. Le but de cette association est de soutenir d’une part les populations défavorisées mais aussi d’essayer d’éviter que la population fuie le pays et de  contribuer à sa construction* et à son intégration à part entière au sein de la nouvelle organisation géopolitique depuis 20 ans.

 Permettez à la « Moldova » de sortir de son isolement !

 Contact :
http://www.ventdest.org/
VENT d’EST
Chisinau, Moldova
str. Bucuresti, 23A, oficiu 412.
Thierry Ernst, président,
e-mail: vent-dest@hotmail.fr
Elmira Caraseni, project manager,
e-mail: elmira.caraseni@gmail.com

•* « La République de Moldavie : un Etat en quête d’une nation » : Matei Cazacu et Nicolas Trifon – Editions Non lieu
• « La Moldavie et les atouts de la francophonie » : Florent Parmentier

 

 

 

 

 




 

 

12:18 Écrit par sacha dans Culture, International | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : vent d'est, aide humanitaire, moldavie, europe de l'est | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer |